MENU

Blog

Le scandale des grandes écoles

Je discutais récemment avec un étudiant qui termine l’une des plus grandes écoles de commerce françaises et j’ai failli tomber de ma chaise.

Ce jeune homme paie chaque année entre 12.000 et 15.000 euros … Pour 11 à 15 heures de cours par semaine. Je lui ai demandé le programme, le contenu de des 11 à 15 heures. J’ai cherché les joyaux cachés …

J’ai bien trouvé des choses intéressantes sur la stratégie, la finance, et le marketing … Mais je n’ai pas trouvé ce que je cherchais : le Management quotidien des équipes…

Personne ne lui explique de manière pragmatique, ce qu’il devra faire dans quelques mois lorsqu’il va se retrouver à un « poste à responsabilité » à devoir diriger de vraies personnes, plus expérimentées que lui.

Que va-t-il faire concrètement ? Quelles sont les erreurs qu’il devra éviter absolument ? Quelle sera son emploi du temps de manager ?

Eh bien, malgré les 40 à 50.000 euros dépensés pour ses études ces dernières années, personne ne lui aura expliqué … 

Pour moi c’est incompréhensible … 

Je me dis qu’il y a là une opportunité en or pour ceux qui, n’ayant pas fait de « grandes écoles », pourront se présenter devant leur futur employeur pour lui expliquer comment ils comptent s’y prendre pour manager … 

Rejoignez nous, abonnez vos enfants étudiants : ici.

9 commentaires

  1. Je me demande bien de quelles grandes écoles il s’agit. 15 heures de cours par semaine seulement ? Chez nous on est plutôt autour des 50 heures par semaines… Certaines grandes école comme l’iseg abordent des points comme le disc…

  2. Pour avoir suivi les cours de deux grandes écoles françaises, je confirme tout à fait votre propos Cedric ! L’intervention de thierryler sur le temps d’enseignement passé (sujet annexe et un peu caricatural dans l’article il est vrai) reflète tout à fait la remarque sur le fond : il n’y a pas de cours managerial qui tient la route ! 🙂

  3. Je viens de former 2 groupes de jeunes managers, la plupart sont issues de grandes écoles de commerce. Dans le meilleur des cas, ils connaissent les grands théoriciens du manager et les phrases classiques comme, « il faut déléguer, motiver … »

    Sur l’aspect pratique : rien, nada, niet …

    Pour avoir rencontré des profs de ces grandes écoles qui se disent formateur, ils parlent du management du point de vue macro des organisations, rarement du point de vue du manager ou des équipes.

    1. Je partage ce sentiment. Je n’ai rien contre les théoriciens bien sûr … mais c’est par la pratique qu’on apprend le mieux dans ce domaine. Une pratique « accompagnée ».

  4. Vous semblez en parler sans y avoir mis les pieds…
    Il est vrai qu’il n’y a pas de cours magistral sur le management des équipes, ou assez peu, mais à quoi bon puisque vous écrivez vous-même : « c’est par la pratique qu’on apprend le mieux » ?
    En revanche, pour avoir fait une grande école de commerce, je voudrais faire 3 remarques :
    – je suis sorti diplômé avec 2 ans d’expérience professionnelle à des niveaux équivalents aux types de postes visés après ce genre de formation ;
    – tous les étudiants sont très impliqués dans des associations, et j’ai pour ma part managé une équipe de quelques personnes en tant que président d’une d’entre elles ;
    – quasiment aucun étudiant ne se fait directement embaucher à un poste de « manager », et comme tout le monde, on démarre d’abord comme « managé ».

    Je ne pense pas qu’il y ait beaucoup d’autres formations qui préparent de la sorte à la vie active. D’ailleurs, si les employeurs recrutent si facilement ces étudiants, c’est peut-être qu’ils y voient un intérêt certain.
    Et si ces formations sont si chères (beaucoup trop chères du reste…), c’est que les étudiants ont rapidement des salaires qui permettent de rembourser leur emprunt.

    1. Vous semblez en parler sans y avoir mis les pieds…

      Je suis diplômé d’une de ces grandes écoles dont j’ai beaucoup apprécié l’enseignement. Cela n’empêche pas que j’aurais beaucoup aimé bénéficier des conseils que je donne aujourd’hui. Vous l’aurez compris, je ne remets pas en cause ces écoles mais il me semble que des choses pourraient être encore améliorées !

      Il est vrai qu’il n’y a pas de cours magistral sur le management des équipes, ou assez peu, mais à quoi bon puisque vous écrivez vous-même : « c’est par la pratique qu’on apprend le mieux » ?

      Cet argument remettrait en cause tous les cours magistraux ! Non, je pense plutôt à une pratique « éclairée » par la théorie. Les deux sont nécessaires.

      – je suis sorti diplômé avec 2 ans d’expérience professionnelle à des niveaux équivalents aux types de postes visés après ce genre de formation ;

      C’est effectivement l’une des grandes évolutions des dernières années et je pense que cela renforce mon argument. Puisque vous avez pratiqué pendant votre cursus, cette pratique a dû être « éclairée » par vos cours, et vice versa ! Sinon, quelque chose n’a pas fonctionné.

      – tous les étudiants sont très impliqués dans des associations, et j’ai pour ma part managé une équipe de quelques personnes en tant que président d’une d’entre elles ;

      Là aussi, vous renforcez mon argument : ne pensez vous pas que cette expérience « terrain », enrichie par une formation pragmatique comme la nôtre serait d’autant plus fructueuse ? Cela est aussi en faveur de l’argument : c’est par la pratique qu’on apprend le mieux, mais une pratique éclairée !

      – quasiment aucun étudiant ne se fait directement embaucher à un poste de « manager », et comme tout le monde, on démarre d’abord comme « managé ».

      Je ne suis pas d’accord avec cet argument. Cela n’empêche pas la nécessité d’une approche pragmatique du management des hommes (vs « le management des entreprises). Cela permet une meilleure connaissance contextuelle (« pourquoi mon manager agit-il ainsi ? Comment l’aider »). Et je persiste à dire que c’est un avantage compétitif pour un candidat que de montrer qu’il connait ce sujet.

      Je ne pense pas qu’il y ait beaucoup d’autres formations qui préparent de la sorte à la vie active. D’ailleurs, si les employeurs recrutent si facilement ces étudiants, c’est peut-être qu’ils y voient un intérêt certain.

      En Management, les premières erreurs coûtent très cher. En matière humaine il est très difficile de réparer. C’est pourquoi, je suis certain qu’un cours pragmatique et concret complémenterait parfaitement le contenu théorique.

      Et si ces formations sont si chères (beaucoup trop chères du reste…), c’est que les étudiants ont rapidement des salaires qui permettent de rembourser leur emprunt.

      Encore une fois, cela n’empêche pas qu’il faille améliorer les choses et se poser la question de la valeur intrinsèque de la formation, plutôt que cette logique consistant à s’acquitter d’un droit d’entrée pour bénéficier des meilleurs postes !

      1. Merci pour votre réponse.
        Mon commentaire répondait surtout à votre titre, le mot « scandale » laissant entendre que c’est une supercherie. Or, non, les grandes écoles n’en sont pas une.

        Concernant le détail de vos réponses, sur le papier, je suis totalement d’accord avec vous : ce serait une bonne démarche.
        Mais dans la réalité, du moins celle de mes souvenirs de cette époque, je suis plus dubitatif :
        – il faut une maturité pour apprécier vos outils, et je ne suis pas sûr que les étudiants de 20 à 23 ans l’aient ;
        – d’où l’existence et le succès des MBA, et Masters d’ailleurs, souvent pris d’assaut par des professionnels qui cherchent à compléter leurs compétences, y compris en management ;
        – beaucoup de jeunes des grandes écoles sortent dans de grosses sociétés qui mettent en place des structures d’encadrement très cadrées, et cherchent à formater la manière de travailler de ces jeunes cadres ;
        – un certain nombre d’outils sont proposés dans les cours de management tout de même de mémoire : je me souviens de cours sur la communication en fonction des personnes via le MBTI par exemple, de l’intérêt et de l’efficacité des objectifs individuels et collectifs, etc…

        En tout cas, votre site et vos podcasts me sont très utiles aujourd’hui, et j’aurais aimé les découvrir un peu plus tôt. Evidemment, en management, les premiers contacts sont essentiels. Est-ce qu’à 21 ou 22 ans, j’aurais été réceptif à ces méthodes ? Je ne suis pas sûr.
        Mais je suis un partisan des tests : il faudrait essayer sur quelques promotions et voir le résultat après 2 ou 3 ans d’expérience vs ceux qui n’ont pas suivi ce cours.

        1. Banco !

          En attendant, j’écris un petit livre incitatif sur le sujet. Celui que j’aurais voulu lire avant de commencer !

          A suivre !

Laisser un commentaire
Vous recevrez notre newsletter, serez informé des nouveaux podcasts, pourrez intervenir sur le blog et aurez accès aux téléchargements gratuits