MENU

Podcasts: Délégation Reloaded !

La délégation est l’un des quatre outils fondamentaux de notre méthode. 

C’est à sa capacité à déléguer que l’on juge la maturité d’un Manager. Les bons managers sont obsédés par la délégation. Il est donc primordial que vous maitrisiez parfaitement cet outil. 

Voici la nouvelle version de notre podcast sur le sujet. 

Episode 1 : pourquoi déléguer ?

  • c’est bon pour votre entreprise
  • c’est bon pour votre équipe
  • c’est bon pour votre carrière

Episode 2 : que faut-il déléguer ?

  • la boite et les balles
  • ne déléguez pas vos missions primordiales
  • déléguez tout le reste !

Episode 3 : à qui déléguer ?

  • la loi des 20/80
  • l’analyse des collaborateurs
  • le tableau de délégation (et de coaching)

Episode 4 : le processus de délégation

  • le modèle en 7 étapes
  • le suivi de la délégation
  • la nécessité de faire des erreurs, mais … 

 

2 commentaires

  1. Bonjour, dans l’épisode 1 vous parlez d’une expérience au canada de permutation de manager entre deux équipes. Auriez-vous un article à ce sujet que l’on puisse consulter?
    Merci encore pour votre travail!

  2. Que voici une excellente série, bien expliquée, comme d’habitude.

    Comme vous l’avez vous-même indiqué, puisqu’elle suscite de nombreuses questions en formation, l’étape visant à obtenir d’engagement du collaborateur est complexe. Je vous propose de continuer la discussion, ici, en partant du point suivant.

    On commence ainsi : « Rodolf, j’ai besoin de ton aide sur tâche Machin ».

    Et là, si on aborde la suite par rapport au modèle DISC, voici en substance, et en noircissant volontairement le tableau, ce que ça va donner :

    Le dominant (D) va comprendre qu’il y a une tâche importante à faire et dont il va prendre la responsabilité. Il va répondre « OK », ce qui voudra vraiment dire « OK ». Les D sont surement les plus simples à manager sur ce point. Si le D a des questions, il les posera.

    L’influent (I) va comprendre qu’il a l’opportunité de s’occuper d’un truc nouveau et fun qui, puisqu’elle était jusqu’à présent effectuée par son chef, sera gratifiante. Il va surement donner son accord. Par contre, il faudra probablement comprendre que ce n’est qu’un accord de principe, sur lequel il ne s’engage pas vraiment. Et il se réserve le droit le revenir sur son accord une fois qu’il aura les détails.

    Le stable (S) va entendre seulement « j’ai besoin de ton aide » et il va évidement répondre présent. C’est dans ses gènes. Dans certain cas, il va comprendre « je t’impose de t’occuper de Machin », et là c’est quitte ou double… Dans tous les cas, le S a besoin de détails et de temps pour les digérer. Et vu qu’il risque de ne pas les demander, il faut les lui fournir direct.

    Enfin le consciencieux (C) comprendra « il y a un truc bien foireux et je voudrais que ce soit toi qui t’y colle » et répondra, s’il est de bonne humeur, « je veux bien en savoir plus ». Ce qui serait étrange, c’est qu’un C accepte trop vite et sans devoir le convaincre, au moins un peu.

    De manière générale, il est légitime de vouloir savoir de quoi il retourne (pas forcément dans les détails) pour s’engager véritablement.

    Qu’en pensez-vous ?

Laisser un commentaire
Vous recevrez notre newsletter, serez informé des nouveaux podcasts, pourrez intervenir sur le blog et aurez accès aux téléchargements gratuits