Positif/naïf ou négatif/réaliste ?

"Êtes vous positif/naïf ou négatif/réaliste ?"

J'ai lu cette phrase récemment sur la couverture d'un magazine "sur le management". J'avoue que cela m'a fortement agacé. Il est de bon ton chez nous de lier le fait d'être positif à une certaine forme de naïveté et le fait d'être négatif serait la marque des personnes les plus réalistes ...

On confond à nouveau l'attitude et l'aptitude. Le cynisme, actuellement porté au nues et considéré comme la forme ultime de l'intelligence, est le cancer qui ronge nos sociétés et nos entreprises.

Hé oui ! Le positivisme est presque un devoir pour le manager car c'est cela qui fait avancer les entreprises. Efforcez vous de le cultiver, efforcez vous de le susciter, fuyez les cyniques et les défaitistes ...

Et lorsque l'on vous traite de naïf, souriez et prenez cela comme un compliment, vous êtes sur la bonne voie ;-)

 

A propos de cynisme

Bonjour Cédric,

une petite réaction, en forme de boutade, à cet article. Si j'en partage globalement le fond, permettez moi de défendre un instant la "pilosophie cynique"... En effet, je pense que le "cynisme philosophique originel" est confondu (à tort) avec un "nihilisme moderne".

Je m'explique en m'appuyant sur une citation de la célèbre encyclopédie en ligne : "Loin de s'encombrer de discours théoriques abstraits et pédants, Diogène et ses disciples [NB: les cyniques] pratiquaient une philosophie concrète, particulièrement inconciliable avec l'idéalisme platonicien, jugé inutile et bien trop loin de la Vérité matérielle du monde pour être pris au sérieux."

Bref, n'y voyez pas offense, mais la démarche de "outils du manager" ne se rapprocherait-elle pas de cette vision... moins de théorie et plus de pratique ?!

Bonne journée

AR

Deux choses différentes

 Bonjour Alexis,

Merci de cette précision. Nous parlons bien de deux choses différentes.

1) En philosophie, le cynique et celui qui présente les faits de manière "objective" (dans leur réalité) plutôt que pour plaire ou se conformer à une théorie ou un ordre existant. Suivant cette définition, notre approche qui se veut pragmatique est cynique !

2) Lorsque je parle du cynisme ambiant dans les entreprises, c'est un abus de langage. Je fais référence à cette forme d'humour fataliste qui est en fait une posture facile ayant pour but de se soustraire à son obligation de résultat ou d'amélioration, voire de se démarquer. 

Il est aujourd'hui parfois plus valorisant de tourner les initiatives en dérision de d'en prendre ou d'y participer ! C'est très préoccupant car ce qui fait la différence sur le terrain compétitif c'est la motivation et l'assurance : le fait de croire sincèrement à ce que l'on fait. 

Bonnes fêtes !

CW